Effraction de la porte d’entrée : les 4 techniques d’intrusion préférées des cambrioleurs

Effraction de la porte d’entrée : les 4 techniques d’intrusion préférées des cambrioleurs

Avec des systèmes de sécurité toujours plus efficaces, entrer par effraction chez un particulier n’est pas une mince affaire. Sociétés de télésurveillance expertes en la matière, technologies de plus en plus infaillibles : entrer par effraction au sein d’un domicile devient désormais presque impossible. Néanmoins, nombreux sont les particuliers à ne pas être munis de tels systèmes de sécurité. Face à ces domiciles peu protégés, les cambrioleurs font généralement toujours appel aux mêmes procédés. Quelles sont ces techniques de cambriolage adorées des experts du vol et quelles sont les solutions pour s’en protéger ?

Les techniques phares des cambrioleurs

Il existe quatre grandes techniques de cambriolages que les cambrioleurs ne manquent pas de mettre en œuvre dès lors qu’ils s’aperçoivent que le domicile visé n’est pas protégé. Ces stratagèmes se concentrent sur une intrusion par la porte d’entrée. La technique du « trou d’homme » par exemple consiste pour le voleur à percuter la partie inférieure de la porte d’un violent coup de pied ou à l’aide d’une masse. Il pourra ainsi pénétrer au sein de votre intérieur. Le mode d’effraction le plus courant vise quant à lui le cylindre de la porte d’entrée. Cette technique ne prendra pas plus de dix minutes pour un voleur expérimenté. Une fois le cylindre arraché ou détruit, il suffira au malfrat d’insérer un objet dans la serrure afin d’ouvrir la porte. À l’aide d’un pied de biche, le cambrioleur pourra également simplement faire sauter les charnières d’une porte. La dernière technique consiste à insérer un puissant objet, généralement une pince monseigneur ou un pied de biche, entre la porte et son encadrement. Suite à une pression suffisante, les points de verrouillage de la porte finiront par sauter, permettant ainsi au voleur de pénétrer sans encombre au sein de votre domicile.

Comment se prémunir face à de telles effractions ?

Bien sûr, dans l’ensemble des cas exposés précédemment, on constate que le cambrioleur a affaire à une porte relativement fragile et munie des systèmes de sécurité et de verrouillage les plus minimes. Les portes d’entrée sont d’ailleurs très fréquemment en bois, une matière qui, bien que particulièrement esthétique, résiste très mal aux différents types d’effractions. Plusieurs solutions existent pour renforcer votre porte d’entrée et pour vous protéger aussi efficacement que possible face aux cambrioleurs. Face à la technique du « trou d’homme », qui tire profit de la fragilité du bois, il est avisé de se procurer une porte blindée ou, au moins, de poser un blindage plat. Ceci permettra de décourager le voleur dans la mesure où sa tentative d’entrée par effraction se verra grandement retardée. Pour protéger vos charnières, installez des renforts de charnières (ou paumelles). Il est à noter qu’un tel dispositif est inutile si votre porte est en bois. Des renforts de charnières associés à un blindage forment en revanche une protection particulièrement efficace. Les cornières anti-pinces, quant à elles, empêchent l’insertion d’outils entre la porte et son encadrement. Enfin, une serrure certifiée A2P offre la protection la plus concrète et efficace face à la technique du cylindre.

Articles qui pourraient vous intéresser dans cette même catégorie