Les Boomers en passe de s’approprier la domotique

Les Boomers en passe de s’approprier la domotique

Génération souvent considérée comme particulièrement chanceuse, les boomers sont aujourd’hui âgés de 50 à 65 ans et ils entendent bien mériter encore cette réputation. En effet, ils semblent être en train de devenir la première génération qui se maintiendra longtemps à domicile en équipant ce dernier à l’avance, pour éviter de devoir habiter en maison de retraite ou de recourir à des aides extérieures. C’est en tout cas le constat que révèle une étude récente de Vitaris.

L’anticipation comme leitmotiv

Si les boomers sont majoritairement propriétaires et satisfaits de leur résidence principale, ils savent aussi se projeter dans un futur moins favorable. Ils sont 56 % à penser que leur logement actuel ne conviendrait pas à une personne dépendante. Ce sentiment s’explique notamment par des désirs de confort et de sécurité. Ces deux conditions semblent primordiales et nécessaires pour envisager sereinement d’habiter sa maison au mépris de l’âge croissant. Et c’est justement pour répondre à ces besoins que les boomers se façonnent une maison intelligente en utilisant les objets connectés.

La domotique en nouvel outil de maintien au domicile

Les futures personnes âgées de l’enquête sont presque 60 % à envisager l’habitat intelligent comme une solution potentielle pour rester le plus longtemps possible chez soi. Les services de télé-assistance doivent permettre de pallier les problèmes de chutes et de santé que peuvent rencontrer les personnes seules ou dépendantes. De même, la domotique permet aussi de gagner en confort en automatisant le fonctionnement de la maison (volets, chauffage, éclairage, humidité, etc).
La sécurité vis-à-vis de l’extérieur est aussi de mise grâce aux systèmes intégrés d’alarmes, de détecteurs de présence, de caméras et d’ouverture commandée à distance. Toutes ces avancées rassurantes répondent chacune à des besoins précis et identifiés, qui sont autant d’obstacles en moins pour rester chez soi. Si cela se vérifie dans les années à venir, la domotique aura donné la preuve de sa facilité d’usage et de son ergonomie. C’est le défi majeur qu’elle doit donc relever aujourd’hui en étant accessible à tous et en garantissant les mêmes possibilités.

Un juste compromis entre l’humain et la technologie

Si les boomers sont conscients de l’utilité de toutes ces nouvelles technologies de la domotique pour commander plus facilement l’éclairage, l’électroménager, l’électronique et le mobilier de sécurité, ils ne voient toutefois pas en cette possibilité une solution exhaustive. Ils sont donc assez naturellement favorables à un maintien du contact humain. Un boomer sur deux pense que la domotique permettra efficacement de se maintenir au domicile, et la même proportion de ces seniors pense que le contact humain demeure essentiel.
Cette solution est peut-être la recette pour éviter la maison de retraite. Le système domotique de la maison remplit son rôle rassurant de sécurité au quotidien et soutient les efforts en diminuant la complexité ou la difficulté des tâches. Mais cela n’empêche pas le passage régulier d’un assistant pour les soins et la toilette. On parvient à une solution globalement moins chère et plus encline à laisser à chacun la possibilité de jouir pleinement de sa liberté comme de sa vie privée.

Articles qui pourraient vous intéresser dans cette même catégorie