Troubles du sommeil : la pollution de l’air serait en grande partie responsable

Troubles du sommeil : la pollution de l’air serait en grande partie responsable

La pollution de l’air est rendue responsable de problèmes cardiaques et pulmonaires. Une récente étude a démontré qu’elle peut également influer sur la qualité du sommeil. Une corrélation avec les troubles du sommeil a été révélée par les chercheurs. Le dioxyde d’azote et les particules fines ont des conséquences sur le sommeil et génèrent de nombreux troubles. Le niveau d’exposition d’un individu va avoir un impact direct sur la qualité de son sommeil.

Un sommeil moins réparateur pour les individus exposés

Une étude publiée dans la revue médicale American Thoracic Society met en avant la relation entre pollution de l’air et troubles du sommeil. Sur la base d’un panel de 1 863 individus, ces chercheurs de l’université de Washington se sont penchés sur les effets du dioxyde d’azote et des particules fines.
Un suivi a été réalisé sur une période de 5 ans pour relever toutes les incidences de ces deux agents pollueurs. Les résultats font état du fait que les individus fortement exposés à la pollution de l’air ont en moyenne 60 % de chances d’avoir une mauvaise qualité du sommeil. Les personnes exposées aux particules fines ont une probabilité de 50 % d’avoir des troubles du sommeil. Ces résultats ont pu être obtenus grâce à un actimètre pour mesurer la quantité et la qualité du sommeil.
Il apparaît que les personnes qui vivent dans un environnement pollué vont avoir des difficultés d’endormissement et multiplier les réveils nocturnes. Cette étude a en effet mesuré la qualité de l’air dans lequel se trouvaient les individus concernés. Pour connaître la qualité de leur sommeil, elle a également cherché à établir le nombre d’heures de sommeil, le nombre de réveils nocturnes et l’efficience du sommeil. La relation entre la pollution et la mauvaise qualité du sommeil a ainsi pu être établie.

Des sources de pollution évoquées

Les troubles du sommeil seraient donc causés par les pollueurs de l’air. Dans ce cadre, deux responsables ont été repérés. Le trafic routier et le chauffage domestique sont montrés du doigt. Ils créent une atmosphère qui va peser sur le sommeil. L’amélioration de la qualité de l’air est donc indispensable pour améliorer le sommeil et la santé en général.
Martha Billings qui est en charge de cette étude, explique que les troubles du sommeil sont engendrés par des mécanismes de pollution. Devenus des fléaux quotidiens, ils ont installé des problèmes de sommeil particulièrement pesants. Les problèmes respiratoires sont une autre des conséquences de cette pollution. Les bruits et la lumière de la ville possèdent une influence directe sur la qualité des nuits des habitants.
Les différents types de pollution sont donc à contrôler pour pouvoir renouer avec un sommeil réparateur. Il est évident que si le seuil de pollution ne baisse pas, ces troubles pourraient devenir encore plus fréquents et toucher davantage de personnes. Cette étude est donc une façon d’alerter sur les effets de la pollution de l’air sur l’organisme. La santé est très clairement menacée, car le sommeil est garant de l’équilibre physique et psychologique d’une personne.

Articles qui pourraient vous intéresser dans cette même catégorie