Pollution de l’air : impact sur la mémoire des enfants

Pollution de l’air : impact sur la mémoire des enfants

Les enfants sont fortement exposés à la pollution lorsqu’ils marchent pour aller à l’école. Selon une étude, les particules fines qui polluent l’air ont un impact sur leur développement cognitif.

Les principaux facteurs de pollution

La pollution de l’air naît de multiples éléments. Les gaz émis par les échappements des véhicules sont évidemment en cause, sans parler des fumées qui s’échappent des sites industriels, etc. En se rendant à l’école en marchant, les enfants sont exposés à tous ces polluants. On sait déjà que la pollution nuit à la santé. Mais selon les résultats d’une étude, le cerveau des enfants en subit également les conséquences. La mémoire de travail est particulièrement mise à mal, toujours selon les études. Ces dernières ont été réalisées sur 1 an et sur 1 200 individus de 7 à 10 ans fréquentant 39 établissements scolaires différents.

Une mémoire de travail affaiblie de 4 à 5 %

Les chercheurs ayant réalisé l’étude ont effectué quatre prélèvements des particules polluantes tout au long de l’année de suivi. Ils se sont particulièrement intéressé aux PM2,5 qui sont des particules d’un diamètre inférieur à 2,5 microns.
Les enfants ont subi des tests portant à la fois sur l’attention et la mémoire. Les résultats ont démontré que l’exposition aux PM2,5 diminue les capacités de la mémoire de travail. L’impact de la pollution de l’air chiffre cette baisse entre 4 et 5 % des capacités de mémorisation chez l’enfant. Ces estimations ont été officiellement fournies par Mar Álvarez-Pedrerol qui est l’auteur principal de l’étude en question.
Il semble que les garçons sont plus vulnérables aux PM2,5. Pour l’heure, les chercheurs n’ont pas encore réussi à déterminer pourquoi les filles sont un peu moins sensibles aux conséquences de la pollution de l’air.
Quoi qu’il en soit, il est important de rappeler que la capacité pulmonaire est affectée par la pollution. En étant exposés à de fortes concentrations de polluants, même à court terme, les enfants voient leur système pulmonaire s’affaiblir. La respiration se fait plus rapide. Ces informations résultent d’études expérimentales réalisées préalablement.

Se rendre à l’école à pied reste favorable à la santé

Les chercheurs tiennent à rassurer les parents. Il est vrai que l’effet de la pollution de l’air est néfaste pour la santé comme pour la mémoire des enfants. Le fait de marcher n’est pas dangereux en soi, bien au contraire. La marche comme les trajets à vélo sont résolument bénéfiques pour les enfants. En outre, les trajets en voiture ne sont pas forcément plus “sûrs”. La pollution qui alourdit l’air ambiant pénètre dans les véhicules, qu’il s’agisse des transports en commun ou des voitures privées.
La solution n’est pas personnelle. La protection des enfants repose sur de nouvelles habitudes à adopter de manière générale. Toujours selon Mar Álvarez-Pedrerol, l’idéal serait de limiter l’usage des véhicules polluants. Le recours au transport scolaire permet notamment de réduire le nombre de voitures qui circulent sur la voie publique. La pollution en serait automatiquement réduite.

Articles qui pourraient vous intéresser dans cette même catégorie