La qualité de l’air intérieur au cœur des préoccupations

La qualité de l’air intérieur au cœur des préoccupations

L’air intérieur qu’on respire dans des endroits clos comme les habitations, les bureaux ou encore les transports, peut avoir un impact négatif sur notre santé et notre bien-être. C’est pourquoi, celui-ci doit être de qualité, c’est-à-dire être le moins pollué possible. Depuis de nombreuses années, la qualité de l’air intérieur est au cœur des préoccupations et constitue un enjeu majeur de santé publique aujourd’hui. Comment améliorer celle-ci ? Quels sont les effets de la pollution de l’air intérieur sur la santé ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles cet article répond.

La qualité de l’air intérieur dans les habitations

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’air intérieur dans les habitations est très souvent pollué. Selon cette institution en charge des questions sanitaires, ce sont près de 3 milliards de personnes dans le monde qui cuisent leurs aliments ou chauffent leur maison à l’aide de combustibles solides tels que le charbon de bois, le charbon ou utilisant des poêles ou des foyers ouverts peu performants. Ces modes de chauffage ainsi que les habitudes de cuisson, les parfums d’ambiance ou encens également dans les pays occidentaux, peuvent être à l’origine de niveaux importants de pollution avec la présence entre autre de fines particules particulièrement nocives pour la santé dans les logements. Dans les résidences avec une ventilation insuffisante, ou situées à proximité d’axe de trafic routier important, la teneur en polluants est d’autant plus élevée, avec parfois une concentration juqu’à 100 fois au-dessus des niveaux acceptables. Pour l’OMS, dans le monde, les catégories les plus exposées à cette pollution de la qualité de l’air intérieur dans les habitations sont les jeunes enfants et les femmes.

L’impact de la qualité de l’air sur la santé

La pollution de l’air intérieur dans les habitations a des effets néfastes sur la santé. Selon les chiffres publiés par l’OMS, ce sont environ 4,3 millions de personnes qui décèdent dans le monde chaque année de façon prématurée du fait des maladies liées à la mauvaise qualité de l’air intérieur dans les logements. Les données fournies par l’organisme mondial révèlent que sur ces 4.3 millions de morts, 6 % sont imputables au cancer du poumon, 12 % à la pneumonie, 22 % aux bronchopneumopathies chroniques obstructives, 26 % aux cardiopathies ischémiques et 34 % aux accidents vasculaires cérébraux. De façon plus générale, les particules fines et autres polluants présents dans les habitations peuvent provoquer l’inflammation des voies respiratoires et des poumons.

Comment mesurer la qualité de l’air de son intérieur ?

C’est donc avéré, la pollution de l’air intérieur a un impact sur la santé. Mesurer la qualité de l’air est par conséquent une démarche indispensable pour agir et l’améliorer. Aujourd’hui, les outils permettant de réaliser une telle opération se démocratisent de plus en plus. Il est donc possible de vous procurer des appareils performants et pratiques grâce auxquels vous mesurerez la qualité de l’air intérieur de votre habitation ou de vos locaux professionnels et engagez ensuite les actions pour l’améliorer. Vous pouvez ainsi trouver des capteurs ou stations de mesure qui permettent d’obtenir des résultats fiables. Ce sont des solutions efficaces pour contrôler la qualité de l’air intérieur et vous accompagner dans les bons gestes pour l’améliorer.

Articles qui pourraient vous intéresser dans cette même catégorie