La qualité de l’air concerne aussi les établissements scolaires

La qualité de l’air concerne aussi les établissements scolaires

Il est scientifiquement prouvé que l’air que nous respirons a une incidence sur notre santé. Les personnes les plus fragiles (comme les tout-petits, les personnes âgées ou qui souffrent de maladies chroniques) sont davantage impactées par une mauvaise qualité de l’air.
Plusieurs mesures environnementales, notamment dans les grandes, sont appliquées depuis quelques années. Mais la qualité de l’air est également à surveiller dans les établissements scolaires.
Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ainsi que le ministère des Affaires sociales et de la Santé ont mis en place, depuis 2015, une évaluation générale de la qualité de l’air dans les établissements scolaires.

Mesure de la qualité de l’air dans les écoles, pourquoi et comment ?

Entamées en 2015, les mesures de la qualité de l’air s’étaleront jusqu’en 2023 par type d’établissement (2015 pour les écoles maternelles et établissement recevant des enfants de moins de 6 ans, 2018 pour les écoles élémentaires, 2020 pour les centres de loisirs et les établissements secondaires comme les collèges et les lycées, et 2023 pour le reste des établissements).
Ces études permettent de mettre en évidence les défaillances du renouvellement d’air, la qualité de l’air et l’exposition à certaines substances (CO², benzène, formaldéhyde et, le cas échéant, le tétrachloroéthylène). Seuls des organismes ou gestionnaires accrédités par le Comité français d’accréditation (COFRAC) peuvent effectuer les mesures et remettre les résultats au propriétaire de l’établissement.
Les mesures se déroulent sur plusieurs jours et peuvent être effectuées durant la présence des enfants, dès l’instant qu’elles ne les dérangent pas. Les résultats de ces études auront alors une validité de 7 ans en cas de résultats corrects, mais ces mesures devront, si les valeurs sont proches des valeurs limites, être effectuées tous les deux ans.
Les premiers résultats démontrent qu’au global, environ 80 % des établissements recevant de jeunes enfants ont une qualité de l’air satisfaisante, tant en mesures de Formaldéhyde que de mesures de Benzène.

Des études mondiales incitent au contrôle de la qualité de l’air

La qualité de l’air est importante pour tous, mais plus particulièrement pour les enfants. Elle doit être d’autant plus vérifiée qu’elle joue un rôle important dans l’apprentissage de l’enfant.
En effet, plusieurs études démontrent que la mauvaise qualité de l’air dans une école (ou un établissement recevant de jeunes enfants) a un impact négatif sur le bien-être et même sur l’apprentissage de l’enfant (diminution de concentration en cas d’augmentation de niveau de CO², augmentation des performances de 15 % lors d’un doublement de ventilation d’une classe…).
Les différentes informations relatives à la qualité de l’air sont disponibles sur le site www.developpement-durable.gouv.fr. Il est également possible de commander un kit de renseignements, baptisé la « Mallette Ecol’Air », qui contient notamment un poster à afficher dans l’établissement, un guide de diagnostic simplifié ou encore un guide d’achat de matériel améliorant la qualité de l’air.

Articles qui pourraient vous intéresser dans cette même catégorie