Cambriolage : quels sont les risques encourus ?

Cambriolage : quels sont les risques encourus ?

Un cambriolage peut arriver n’importe quand à n’importe qui, même si des régions telles que l’Île-de-France ou encore la Provence-Alpes-Côte d’Azur sont plus souvent sujettes à ce type de larcin.
En règle générale, les grandes villes et leurs proches banlieues sont les plus cambriolées. De nouveaux systèmes de sécurisation de l’habitat existent depuis quelques années, en ayant l’avantage de permettre une intervention rapide des autorités en cas d’infraction.
Si, malgré les précautions d’usage, vous êtes malheureusement victime d’un cambriolage, sachez que les sanctions encourues par les auteurs du délit peuvent aller jusqu’à de lourdes peines de prison et plusieurs dizaines de milliers d’euros d’amende.

Que dit la loi en cas d’infraction de ce type (vol, cambriolage…) ?

Un cambriolage est un vol qualifié d’un bien ou d’une somme d’argent, au moyen d’une effraction d’entrées, d’un usage de fausses clés ou encore par escalade de l’habitation ou du local. La tentative de cambriolage (acte manqué, interrompu…) est considérée par la justice comme une infraction caractérisée, elle sera donc jugée au même titre qu’un cambriolage effectué.
La loi est très claire sur les risques encourus par un cambrioleur. En cas de vol, il risque jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende, si son acte n’est pas assorti de circonstances aggravantes. Ces circonstances aggravantes interviennent si le vol est commis à plusieurs, sur une personne vulnérable (comme une femme enceinte ou une personne âgée par exemple), dans un local d’habitation, un transport public ou un établissement scolaire.
Par ailleurs, sont considérés comme circonstances aggravantes les faits de cambriolage avec effraction, l’usage de violence ou d’arme, la dissimulation de tout ou partie du visage, ou encore en cas d’usurpation d’identité d’une personne dépositaire de l’ordre public (policier, gendarme…) ou ayant un caractère de service public (agent EDF, facteur…).
Dans l’un de ces cas de circonstances aggravantes, les peines encourues vont jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Victime de cambriolage, que faire ?

Si vous êtes victime d’un cambriolage, vous devez, dans un tout premier temps, contacter les services de police ou de gendarmerie et porter plainte. Si le cambrioleur est intervenu à l’intérieur de votre domicile, ne touchez à rien avant l’arrivée des forces de l’ordre.
La plainte pourra, en cas de méconnaissance de l’identité du cambrioleur, être déposée contre X. Ce dépôt de plainte est primordial, même si rien n’a été dérobé. En effet, votre assurance habitation devra être tenue informée du délit dont vous avez été victime, et vous demandera la copie du dépôt de plainte déposé avant de pouvoir se positionner sur une éventuelle prise en charge.
Pensez également, si le vol concerne un moyen de paiement, un document d’identité ou encore un téléphone mobile, à contacter les différents intervenants pour faire opposition et signaler la perte de document d’identité afin d’éviter toute usurpation.
Une fois ces démarches effectuées, n’hésitez pas à saisir la justice pour demander réparation (comme une restitution du bien dérobé, le paiement d’indemnités pour dégradation et préjudice moral subi…).

Nos services de sécurité

Découvrir nos solutions de télésurveillance pour particuliers

Je découvrekeyboard_arrow_right

Articles qui pourraient vous intéresser dans cette même catégorie